Président du jury de la 56e Semaine de la Critique

Kleber Mendonça Filho

Kleber Mendonça Filho est né à Recife en 1968. Il a notamment travaillé comme critique de film et programmateur de cinéma en plus d’être réalisateur. Dans les années 90, il a réalisé des documentaires, des films expérimentaux, ainsi que des fictions en tant que vidéaste. Ses courts métrages les plus récents, A Menina do Algodão (The Little Cotton Girl, 2003), Vinil Verde (Green Vinyl, 2004), Eletrodoméstica (2005), Noite de Sexta Manhã de Sábado (Friday Night Saturday Morning, 2006) et Recife Frio (2009) ont remporté plus d’une centaine de prix au Brésil et dans le monde, avec des sélections à Karlovy Vary, BAFICI, Rotterdam, Clermont-Ferrand et Cannes (Quinzaine des Réalisateurs). Son premier long documentaire, Crítico (2008), raconte de manière personnelle les relations réalisateurs-critiques à travers des interviews enregistrées pendant huit ans dans plusieurs pays. Il a renoncé à être critique et journaliste pour se consacrer à son premier film mondialement reconnu, O Som ao Redor (Les bruits de Recife, 2012), suivi de Aquarius (2016), dont la carrière a été encore plus prestigieuse, avec une sélection en Compétition Officielle à Cannes, une distribution salle dans plus de 60 pays et la récompense du Prix du meilleur film étranger par le Syndicat Français de la Critique de Cinéma. Il est actuellement coordinateur et directeur du département film de l’Instituto Moreira Salles qui programme deux salles à Rio de Janeiro et São Paulo. Kleber Mendonça Filho travaille à l’écriture de son prochain film, Bacurau, co-écrit et co-réalisé avec Juliano Dornelles.

Membres du jury

Diana Bustamante Escobar

Cinéaste et programmatrice, Diana Bustamante Escobar a étudié le cinéma à l’Université Nationale de Colombie et a contribué, ces dernières années, à la reconnaissance internationale du cinéma colombien en produisant des films comme L’Accordéon du diable (Los viajes del viento) de Ciro Guerra, La Barra (El vuelco del cangrejo) de Oscar Ruiz, récompensé du prix FIPRESCI à Berlin en 2010, La Playa (Un Certain Regard, Cannes 2012) de Juan Andrés Arango, La Sirga de Willian Vega (Quinzaine des Réalisateurs, Cannes 2012), Los Hongos de Oscar Ruiz-Navia ou encore Violencia de Jorge Forero, présenté à Berlin en 2015. Elle produit également en 2015 le premier long métrage de César Augusto Acevedo, La Terre et l’Ombre (La Tierra y la sombra), présenté à la 54e Semaine de la Critique où il est récompensé du Prix révélation France 4 et de la Caméra d’or. Avec sa société Burning Blue, elle a également produit Les Chansons populaires (Los mejores temas) de Nicolas Pereda, Refugiado de Diego Lerman (Quinzaine des Réalisateurs, Cannes 2014) ou Climas de Enrica Perez. Elle devient en 2014 directrice artistique du Festival International de Cinéma de Carthagène des Indes (FICCI) et a souvent œuvré ces dernières années comme membre du jury dans de nombreux festivals comme ceux de Sarajevo (SFF), Buenos Aires (BAFICI) ou Amsterdam (IDFA).

Crédit photo: Salvatore Salomone-Diners Magazine

Eric Kohn

Eric Kohn est critique de film et rédacteur en chef de IndieWire, où il travaille depuis 2007. En plus de la coordination de l’équipe new-yorkaise de IndieWire, il écrit de nombreuses critiques toute l’année, supervise la politique festivalière et fait des rapports sur l’industrie. En 2014, il publie le livre Harmony Korine: Interviews. Il organise des ateliers de critique de film dans le monde entier et enseigne cette discipline à l’Université de New York. Il est actuellement le président du New York Film Critics Circle.

Hania Mroué

Hania Mroué est la fondatrice et directrice du Cinéma Metropolis, le seul cinéma d’art et d’essai du Liban consacré au cinéma d’auteur, tous genres et géographies confondus. Depuis sa création en 2006, le Metropolis a le plaisir d’accueillir les reprises de la sélection officielle de la Semaine de la Critique. En 2009, elle a démarré MC Distribution, une société de distribution de films d’auteurs arabes et étrangers dans le région MENA. Hania est aussi membre fondateur de l’association Beirut DC et a été pendant dix ans (2001-2010) la directrice générale du festival de l’association, Ayam Beirut al Cinema’iya (Cinema days of Beirut). Elle a aussi dirigé le comité de programmation du Doha Tribeca Film Festival pour la Compétition de films arabes, en plus des initiatives à l’année du DFI. Elle est également membre du jury du Robert Bosch Stiftung’s Arab Film Prize depuis 2013.

Niels Schneider

Issu d’une famille de comédiens installée au Québec, Niels Schneider débute sa carrière dans le film de Yves-Christian Fournier, Tout est parfait. Xavier Dolan le remarque et lui confie un rôle dans son premier film J’ai tué ma mère (Quinzaine des Réalisateurs, Cannes 2009) puis l’année suivante, lui offre le rôle emblématique de Nicolas dans Les Amours imaginaires (Un Certain Regard, Cannes 2010). Depuis il a tourné dans une quinzaine de longs-métrages, notamment L’Âge atomique d’Helena Klotz (Prix Jean Vigo 2012 et Grand Prix Festival d’Angers), Les Rencontres d’après minuit de Yann Gonzales (Semaine de la Critique, Cannes 2013), Gemma Bovery de Anne Fontaine, Le Cœur régulier de Vanja d’Alcantara, Dalida de Lisa Azuelos, Belle dormant d’Adolfo Arieta et Diamant noir, le premier film d’Arthur Harari (Prix 2016 du Syndicat Français de la Critique de Cinéma pour meilleur premier film français) qui lui vaut le César du Meilleur Espoir Masculin 2017.
Parallèlement, il a régulièrement joué au théâtre : Roméo et Juliette avec Ana Girardot ; partenaire d’Isabelle Adjani dans Kinship ; Retour à Berratham d’Angelin Prejlocaj…
Niels Schneider vient de tourner La Femme la plus assassinée du Monde de Franck Ribière aux côtés d’Anna Mouglalis et débutera bientôt le tournage du prochain film de Catherine Corsini avec Virginie Efira, Un Amour impossible.