À propos de Ultimul Drum Spre Mare (Le Dernier Voyage à la mer)

Par Thomas Fouet

Dès son plan-séquence introductif, le film déploie toute l'intelligence de sa mise en scène, dévoilant, l'un après l'autre, les protagonistes en présence et les rapports de force qui, entre eux, circulent, en passant, en temps réel, comme si de rien n'était, d'un échange intime à une chronique collective. Dans le réduit d'un compartiment, puis du wagon, d'un train (cocotte-minute où mijotent crispations anciennes et angoisses contemporaines), les masques tombent : il pourrait en résulter une satire épaisse ; elle est au contraire cinglante.

Haut de page
Ce site utilise des cookies à des fins statistiques ainsi que pour faciliter l’expérience utilisateur et pour simplifier vos démarches d’inscription.
En savoir plus