À propos de Campo de víboras

Par Iris Brey

Dans un village montagneux du Portugal, qui s’appelle réellement Champ de Vipère, Lurdes, une femme d’une quarantaine d’années, est tiraillée entre son désir de liberté et l’obligation de s’occuper de sa mère. Les corps des villageois ondulent comme ceux des serpents pendant la nuit du réveillon avant de réaliser qu’un drame a eu lieu. Comme Cassavetes dont la caméra restait au plus près de Mabel dans Une femme sous influence, Cristèle Alves Meira capte les mouvements et les luttes intérieures de Lurdes dans une ambiance qui vacille entre réalisme et onirisme.

À la Semaine de la Critique

Haut de page
Ce site utilise des cookies à des fins statistiques ainsi que pour faciliter l’expérience utilisateur et pour simplifier vos démarches d’inscription.
En savoir plus