À propos de White Goldfish

Par William Le Personnic

La silencieuse Stella, 10 ans, observe le monde des adultes qui l'entourent avec circonspection tandis que l'exogène et incandescente Patty partage une relation ambiguë avec la mère de la jeune fille. Les deux réalisateurs belges mettent en scène les questionnements intérieurs - fascinants et douloureux - comme un éclatement formel. Le récit se retrouve lui aussi chamboulé, fragmenté, véritable ballet d'images sensorielles aux tons ocres et aux contours évanescents. Comment s'ajuster dans le monde quand celui-ci demeure insaisissable et vaporeux ? Lâcher prise est un premier pas.

À la Semaine de la Critique

Haut de page
Ce site utilise des cookies à des fins statistiques ainsi que pour faciliter l’expérience utilisateur et pour simplifier vos démarches d’inscription.
En savoir plus