À propos de : Le Soldat vierge

Par Fabien Gaffez

Le cinéma est né libre et partout il est dans les fers. Il faut provoquer des accidents inédits pour saisir une beauté nouvelle. Il faut savoir prendre les risques qui de la vie s’éprennent. C’est le sentiment qui nous anime à la vision du nouveau film d’Erwan Le Duc, dont nous suivions le parcours depuis longtemps. Mêlant une histoire de soldat puceau à des contes finlandais ou japonais, Erwan Le Duc, dans un style à l’élégance insoumise, retrouve la liberté formelle et narrative du cinéma des premiers temps. Une enfance qui ressemble à l’avenir.

À la Semaine de la Critique

Haut de page
Ce site utilise des cookies à des fins statistiques ainsi que pour faciliter l’expérience utilisateur et pour simplifier vos démarches d’inscription.
En savoir plus