À propos de Dia de festa (Jour de fête)

Par William Le Personnic

Pouvons-nous oublier nos chagrins les jours de festivités ?  C'est l'anniversaire de sa fille Clara, mais Mena est inapaisée (mari absent ; père hospitalisé). Le contrechamp de l'événement récréatif est implacable, on met moins de beurre pour faire un gâteau par souci économique tandis que les gestes de préparation, pourtant anodins, sont dépeints tels des épreuves discrètes. La cinéaste capte, dans un 16mm rêche, une journée tissée de hiatus, comme ce « félicitations » écrit avec des guirlandes mais mal orthographié. Ce qui devrait être un jour de fête, comme le laisse présager le titre, n'est que mélancolie tenace.

Haut de page
Ce site utilise des cookies à des fins statistiques ainsi que pour faciliter l’expérience utilisateur et pour simplifier vos démarches d’inscription.
En savoir plus