À propos de Coelho Mau (Mauvais Lapin)

Par Charles Tesson

Le goût de Carlos Conceição dans Boa Noite Cinderela (2014) pour les contes de fées de dandys fétichistes prend dans Coelho Mau (Mauvais lapin) une nouvelle dimension. Plus fantaisiste, plus joyeuse aussi : un palais, la cabane de Tarzan, un homme à la moto amoureux des belles mécaniques, y compris humaines. Un bestiaire insolite au cœur de cette nuit des masques (tête de lapin, de loup, chant du hibou), invite au conte érotique ludique car, dans la relation mère-fils, le tiers en trop (le rival, l’amant de la mère) devient le complice de nouveaux jeux érotiques.

À la Semaine de la Critique

Haut de page
Ce site utilise des cookies à des fins statistiques ainsi que pour faciliter l’expérience utilisateur et pour simplifier vos démarches d’inscription.
En savoir plus