Accueil > Les Commissions

 
Classification des œuvres cinématographiques  
La commission de classification

Toute représentation publique d’une œuvre cinématographique en France est soumise à l’obtention préalable d’un visa d’exploitation délivré par le ministre de la Culture, après avis de la Commission de classification des œuvres cinématographiques.

 La Commission de classification des œuvres cinématographiques est, dans sa forme actuelle, régie par un décret du 23 février 1990.

 C’est une instance plurielle et indépendante, composée de professionnels du cinéma, de représentants des ministères, d’experts de la jeunesse et de jeunes (entre 18 et 25 ans).

 Elle veille à protéger les enfants et les adolescents des impacts indésirables que certaines œuvres cinématographiques peuvent avoir sur leur personnalité ou leur développement.

 C’est dans cet objectif qu’elle propose au ministre de la Culture, après avoir visionné collectivement et intégralement chaque film de le classer dans l’une des catégories suivantes : autorisation « tous publics » ou interdiction à un groupe d’âge : moins de 12 ans, moins de 16 ans, moins de 18 ans. Chacune de ces mesures peut être accompagnée d’un avertissement destiné à l'information du spectateur sur le contenu de l’œuvre ou certaines de ses particularités.

 La Commission exerce cette mission dans le respect de la liberté de création et de l’intégrité de l’œuvre. Elle ne peut pas proposer de modification du film ni exercer de coupe.

La classification des oeuvres ne s’appuie pas sur des critères précis d’évaluation (à l’exception de l’interdiction au moins de dix-huit ans pour scènes de sexe explicite ou de grande violence). La Commission apprécie l’œuvre dans son ensemble. Elle prend en compte le sujet et son traitement et replace les scènes, les événements, dans la logique propre de la narration pour tenir compte de la distanciation de la mise en scène ou de la complaisance dans le traitement.

C’est en raison de ce fonctionnement de la Commission que le rôle des deux représentants du SFCC qui y siègent en assemblée plénière est particulièrement important. En tant que spécialistes de l’image, ils sont souvent amenés au cours des débats à attirer l’attention sur la manière dont les auteurs des films ont choisi de traiter les sujets délicats (drogue, violence, sexe, etc…). C’est dire s’il est souhaitable qu’ils soient dotés d’un grand pouvoir de conviction.

Les deux membres du SFCC qui siègent à la Commission de classification sont désignés par le CNC sur proposition de notre conseil syndical. Celui-ci procède à des élections pour chaque nouveau mandat (d’une durée de trois ans). Avant de candidater à cette élection, les membres du SFCC doivent s’assurer de pouvoir se rendre disponibles les mardis et jeudis soirs (entre 18 et 23 h) afin de participer aux travaux de l’assemblée plénière de la Commission.

 
Syndicat Français de la Critique © 2017