À propos de Ramona

Par Fabien Gaffez

On oublie parfois que le cinéma est aussi, d’abord, surtout une question de plaisir. Et qu’importe que la cinéphilie s’apparente aux sublimes convulsions onanistes d’adolescents exaltés. Andrei Crețulescu est là pour nous rafraîchir la mémoire. Après Kowalski, tourné en un seul plan statique, englouti sous les dialogues, il s’est fixé le défi de Ramona : un film de genre seventies, sans dialogues, mené par une blonde et séduisante harpie, au fil de longs plans, souvent séquences, toujours tendance. Ramona est un shot de rock gothique, une explosive Renaissance roumaine qui rallume nos feux intérieurs.

À la Semaine de la Critique

/uploads/film/a4d014d7f3a34ff0de6a0dfb5891fae5.jpg

Ramona

2015

Court métrage

Voir fiche film
Haut de page
Ce site utilise des cookies à des fins statistiques ainsi que pour faciliter l’expérience utilisateur et pour simplifier vos démarches d’inscription.
En savoir plus